Cy Twombly au Centre Pompidou

Cy Twombly est l’une des expositions phares du printemps, dont toute la presse, spécialisée ou non, a parlé, encensant le « gribouilleur de génie ». Comme elle finit fin avril, il était temps d’y aller… Je connaissais vaguement son style pour avoir vu un de ses tableaux au SFMOMA il y a quelques années. Je me savais perplexe, raison de plus pour y aller et essayer de comprendre…

Résultat, je ne comprends toujours pas et je n’apprécie toujours pas. Même, durant la visite j’étais plutôt au bord du rire nerveux face à une vaste fumisterie, que rien ne venait justifier… De ce point de vue, les cartels étaient très insuffisants. Ils étaient purement biographiques, chronologiques : « À telle époque, Twombly réside deux ans en Italie et peint ces toiles-ci. » Aucune clé pour comprendre ce qui fonde son style, sa démarche, son approche, rien pour appréhender son évolution (il a quand même peint pendant presque 60 ans), ses influences, enfin pour justifier que ceci n’est pas juste un vaste canular.

Vue de la première salle, grands tableaux blancs avec des inscriptions et graffitis.

Dans une salle, 7 dessins au crayon de papier et aux crayons gras sur des feuilles de cahier (le 8e a été perdu), réalisés durant l’été 1957. Commentaire du cartel de la salle : « Leur écriture nerveuse et leurs couleurs vives en font des oeuvres d’exception. » Affirmer n’est pas argumenter, surtout quand on parle de ceci :

L’une des salles rassemble 12 tableaux autour de l’empereur romain Commode, exprimant par la peinture ses émotions et son goût de la violence. Ça n’était pas inintéressant :

Le plus beau moment de l’exposition était clairement l’arrivée dans la salle offrant cette magnifique vue sur Paris… Y était rassemblées des sculptures de Twombly, dont le cartel expliquait la symbolique et la recherche autour des volumes.

J’ai bien aimé cet ensemble de quatre panneaux (Sans titre, réalisé à Bassano in Teverina en 1985) :

Suivait une grande salle consacrée aux explorations de Twombly autour du mythe d’Osiris. J’ai bien aimé cette barque des morts, à la fois abstraite et figurative, aux couleurs vives et harmonieuses, bien composée :

La dernière salle rassemblait des grands formats peints vers 2005, autour du thème de Bacchus. Ce sont eux d’ailleurs qui ont le plus été mis en valeur par la communication autour de l’exposition :

Bref, je suis ressortie de l’exposition toujours aussi perplexe, et très agacée. Il paraît que les mythes antiques et le questionnement sur l’écriture sont centraux dans l’œuvre de Twombly : est-ce que les cartels ne pourraient en parler, aider le public ricanant à comprendre ce qu’on lui montre ? Et puis il y a mon interrogation récurrente sur la valeur d’une œuvre. Quand on visite cette exposition, on voit les œuvres de jeunesse et celles de la fin, et on discerne les filiations ; plus exactement, on voit les premiers tableaux comme des entraînement, des feuilles blanches, des brouillons. Est-ce que ça leur donne de la valeur pour autant, à part pour les historiens de l’art ? Est-ce que toute production de X mérite le nom d’« œuvre » sous prétexte que X a fait quelques chefs d’œuvre ? La révérence sacrée envers l’artiste en fait oublier les exercices de l’artisan…

De fait, l’exposition n’a pas dissipé mes doutes sur ce point précis. L’exposition Richter au Centre Pompidou en 2012 retraçait toute sa carrière, y compris ses tableaux figuratifs mais volontairement flous : ils demandent une excellente technique et l’on mesure alors que ce que fait Richter est un choix artistique, une recherche. De même, en sortant de Twombly je suis allée me « laver les yeux » dans les collections permanentes avec les cubistes. J’y ai vu des pastels académiques de Kupka (torses d’homme notamment) qui prouvent qu’il savait très bien dessiner, même s’il a choisi ensuite une voie plus abstraite. J’attends encore qu’on me prouve que Twombly savait tenir un crayon 🙂

Une réflexion sur “Cy Twombly au Centre Pompidou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s