Le Palais des Beaux-Arts à Lille

En vacances à Lille, j’ai visité le Palais des Beaux-Arts, qui vient de rouvrir après travaux — lesquels ne sont pas tout à fait finis. Un grand atrium permet des projections et sans doute de futures expositions temporaires, avec une ambiance conviviale et colorée :

 

Les collections vont de l’Égypte antique à la peinture des années 1950, et sont très intéressantes. Petite sélection personnelle d’œuvres qui m’ont beaucoup plu ! Un masque funéraire égyptien, vers 1200 avant J.-C. :

 

Des semelles de sandales qui ont environ 3200 ans ! Conservées dans le sable, elles sont presque intactes, et tellement actuelles…

 

Une de grandes salles souterraines consacrées au Moyen-Âge. Ambiance sombre, très rude pour les photos, mais aussi très aérée et reposante. Le musée mettait en valeur une statue de Sainte Agnès datant du XVIe siècle, retrouvée et restaurée récemment. Je l’ai trouvée très gracieuse :

 

Une Vierge à l’enfant florentine du XVe siècle :

Parmi les choses épatantes du musée, il y a les plans-relief, grandes maquettes ultra-réalistes des places fortes de Louis XIV sur la frontière nord (Calais, Lille, Ypres…), fortifiées par Vauban le plus souvent. Elles servaient aux états-majors pour concevoir la défense des villes :

 

Le premier étage rassemble la peinture classique des XVIIe et XVIIIe siècle. Rien à faire, ça ne me parle pas… Je comprends le contexte, l’intention, les modes d’expression, bref je connais mon histoire et mon histoire de l’art, mais tout cela me laisse de marbre… Peut-être qu’un jour, ça me touchera. Évidemment, il y a de belles choses, comme ce portrait (Jan Massys, Tarquin et Lucrèce, vers 1550) :

 

« Le dénombrement de Bethléem », par Brueghel le Jeune (vers 1600 ?), est par contre un festival de petits détails fascinants, des scènes de vie, des clins d’œil à la vie quotidienne, on pourrait passer des heures à le scruter !

Par exemple, le traîneau improvisé, la toupie sur glace, les choux sous la neige :

Les volailles qui picorent :


Ou encore les garnements qui se battent dans la neige :

Dans les peintures plus récentes, j’ai beaucoup aimé « La légende de Saint François » de Léon Frédéric (1882). Cela fait penser à la mode de l’art japonais à l’époque, notamment le format en grandes bandes verticales proposant quatre saisons, quatre vues de la lune, etc.

 

« Tête de jeune fille » par Marie Laurencin (1941), colorée et harmonieuse :

Ce portrait de Henri-Xavier Fontaine par Édouard Vuillard (1920), très photographique je trouve avec son effet de contre-plongée, le principe du portrait indirect d’une personnalité à travers son décor :

2 réflexions sur “Le Palais des Beaux-Arts à Lille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s