Exposition Sorolla à Giverny

De passage à Giverny, je suis allée voir l’exposition Joaquín Sorolla au musée des impressionnismes. Je ne le connaissais que de nom mais j’avais vu les quelques visuels officiels et j’avais beaucoup aimé cet aperçu. Je n’ai pas du tout été déçue! Vue d’ensemble de l’une des salles :

Musée des impressionnismes de Giverny, exposition Sorolla (novembre 2016)

Le site du musée des impressionnismes est très clair, et le dossier de presse très complet. Ici je parlerai simplement de tableaux qui m’ont particulièrement plu, sans souci d’exhaustivité! Sorolla a fait de la peinture de dénonciation sociale, comme « Triste héritage » en 1899, enfants malformés ou malades (rachitisme, polio…) que l’on conduit aux bains de mer pour les soigner :

Joaquín Sorolla, Triste héritage, 1904

Ce tableau est vraiment inhabituel pour nos yeux français : des enfants nus, un père d’un ordre religieux, c’est une réalité sociale espagnole qui ne nous est pas familière. L’un des thèmes phares de l’exposition, ce sont bien sûr ces tableaux des bords de mer dans la région de Valence, pêcheurs et baigneurs. Je trouve extraordinaire la lumière de ces tableaux, si vive, si colorée, l’art de Sorolla de peindre l’eau dans ses nuances et sa transparence… Par exemple, « Le bateau blanc. Jávea¨  (1905) :

Joaquín Sorolla, "Le bateau blanc. Jávea", 1905

J’ai été frappée également par son art de saisir sur le vif les postures des enfants. Autant dans l’art français je trouve les enfants figés, maniérés, autant ceux de Sorolla sont spontanés, naturels. Par exemple « Enfants au bord de la mer » (1903). On entend presque les cris, le bruit des vagues…

Joaquín Sorolla, "Enfants au bord de la mer", 1903

Il y a quelque chose de très photographique également dans ses compositions, certains personnages étant coupés, un autre regardant vers nous… « L’été » (1904) :

Joaquín Sorolla, L'été, 1904

Quelque chose d’autre m’a frappée : Sorolla peint des enfants nus, très réalistes dans leur proportions, avec des fesses et des petits ventres. Et pour nous, spectateurs du XXIe siècle, rendus prudents par les affaires de pédophilie, ou pour nous photographes du XXIe siècle, qui nous interdisons de photographier des enfants dans la rue par peur des réactions des parents, cela semble très osé, presque indécent… Alors que Sorolla peint l’innocence, la joie simple de la baignade au grand soleil…

L’exposition montrait également des esquisses. Sorolla croquait rapidement des scènes sur de petites plaques de carton ou de bois, pour s’en inspirer pour ses grands tableaux; de nos jours, on prendrais une photo avec un smartphone… Ces petits formats, de l’ordre de 10 cm sur 15 cm, sont incroyables de précision, de puissance évocatrice. Par exemple, « Boulevard de Paris » (1885) :

Joaquín Sorolla, Boulevard de Paris, 1885

Ou « Environs de Paris » (1889) :

Joaquín Sorolla, Environs de Paris, 1889

Comme cela se voit désormais souvent — et c’est une très bonne chose! — un espace était réservé aux enfants, avec des activités pour découvrir le peintre, accrochées à hauteur d’enfant, un bon point. Mais je suis restée très mitigée. Certaines choses m’ont semblé intéressantes, comme un tableau magnétique invitant à reclasser des ronds de couleurs pour introduire les notions de couleur et de valeur :

Musée des impressionnismes de Giverny, exposition Sorolla (novembre 2016)

Mais la partie informative sur Sorolla commençait par « Sorolla participe du courant impressionniste qui etc. ». Est-ce que ce texte peut s’adresser à des enfants, ou même à leurs parents?! Il doit y avoir un moyen, dans une activité autonome, de situer un contexte, un lieu, une époque, sans en passer par des phrases universitaires…

Les ateliers animés par les médiateurs du musée sont probablement très bons et bien adaptés à leur public, mais l’espace de découverte libre n’est pas conçu pour des enfants, ou même des ados. Après, cela peut s’expliquer par le manque de place, de temps, de moyens, le besoin de recul, de feed-back, l’existence d’une demande des visiteurs… Il est facile de critiquer!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s